LES FILS
 


Marie arpente les ruelles
Les ruelles de sa vie
Ses rêves la hantent elle renouvelle
Cette boucle qu'elle nie

En attendant son heure elle fume
Et les cendres des souvenirs
Des visiteurs se consument
Et se confondent sans en finir

Marie rêve à sa postérité
Et réinvente son sort
Sans aucunement être accablée
De ces nombreuses petites morts

Marie souffle, Marie rit, Marie fait fi
Se laisse bercer par Marie-Jeanne
Et son doux rêve profane
Qu'on lui couperait les fils

"Marie salope", "Marie cochonne"
"Marie couche-toi-là"
Marie-Madeleine pourtant
Marionnette
Comment couper les fils

Marie boudée de tous les dieux
Le fils en a fait sa pitance
Avec accord de pénitence
Pour un voyage dans les cieux

Marie n'est pas sainte ni vierge
Et son miracle: elle fait pousser les cierges
Au nom du Corps, du Vice et du Craint-esprit
Et Dieu créa la flamme

"Marie salope", "Marie cochonne"
"Marie couche-toi-là"
Marie-Madeleine pourtant
Marionnette
Comment couper les fils

Marie souffle, Marie rit, Marie fait fi
Sainte mère elle absout ses pairs
Ses consommateurs, ses frères,
Ses compagnons de lit

Puisqu'ils s'en retournent moins fiers
Qu'ils n'y étaient entrés
Ces personnes, ses tiers
S'en trouvent à moitié pardonnés

"Marie salope", "Marie cochonne"
"Marie couche-toi-là"
Marie-Madeleine pourtant
Marie honnête
Comment couper les fils

Paroles musique  arr. : J.Rillard

Malakit est un projet soutenu par :

  • Grey Facebook Icon
  • Grey Google+ Icon
  • Grey YouTube Icon
  • Grey Instagram Icon

crédit photos Julien Poulain

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now